Le Tchad vaccine contre la Covid-19

La direction nationale de la vaccination, a organisée le 3 juin 2021, un briefing des professionnels des médias, sur la préparation de l’introduction de la campagne de vaccination contre la Covid-19. Ce, après que le Tchad ait réceptionné 200 000 doses le 2 juin 2021, offert gracieusement par la Chine.

 Le lancement officiel de la campagne nationale de déploiement et de vaccination contre la Covid-19, dans sa phase 1, a lieu ce vendredi matin 4 juin 2021, à l’hôpital La Renaissance. Il a été placé sous l’égide du ministre de la Santé publique et de la solidarité nationale, en présence des membres du Comité national de coordination (Cnc) et des différents partenaires. Les 200 000 doses reçues pour cette phase 1, concernent 50 000 personnes, parmi les cibles suivantes : le personnel de santé de première ligne, c’est-à-dire ceux qui sont affectés dans le centre de traitement Covid-19 et dans d’autres structures sanitaires ; les personnes âgées de 65 ans et plus ; les pèlerins et les personnes qui ont des maladies chroniques telles que le diabète, l’hypertension, les maladies rénales, etc.

Pour Ouyia Malato, le responsable des ressources humaines et de la formation du programme élargi de vaccination (Pev), qui a entretenu les représentants des médias, le Tchad fait partie des 47 pays d’Afrique, ayant reçu la facilité Covax dont 41 pays ont déjà reçu les doses. Le vaccin Sinopharm, réceptionné le 2 juin dernier par le Tchad, est homologué par l’Organisation mondiale de la santé (Oms), le 7 mai 2021. Il peut être administré à toute personne âgée de 18 ans et plus. Son administration est de deux doses par personne, en intramusculaire sur le bras, espacé de 21 à 28 jours. Il est en seringue pré remplie et aussi en flacon mono dose. Sa durée de vie est de 24 mois maximum, et se conserve en +2 et +8 degré. Le vaccin Sinopharm ne fait pas partie de la facilité Covax, mais est plutôt un don de la Chine.

Les vaccins choisis par le Tchad que sont Pfizer, attendu dans les mois à venir et faisant partie de la facilité Covax et Sinopharm, sont des vaccins sûrs et efficaces, confirme Ouyia. Le Comité national de coordination de réponse au Covid-19 et l’Autorité de régulation se sont appuyés sur ces deux vaccins, dont la qualité, l’innocuité et l’efficacité sont prouvées scientifiquement. Les avantages de ces vaccins sont qu’ils protègent l’individu qui les reçoit, en particulier les plus exposés, de même que le reste de la population. Ils réduisent les risques de complication qui sont à la base des décès chez les vulnérables (plus de 65 ans et ceux présentant des maladies opportunistes), et constituent le moyen le plus sûr pour protéger la population.

Les provinces retenues pour cette phase 1

N’Djaména, Moundou et Abéché constituent les trois provinces retenues pour cette phase 1 de vaccination, à cause de l’affluence de la population. Dans ces différentes provinces, les postes de vaccination retenus sont pour N’Djaména : l’hôpital général de référence nationale, la Renaissance, l’hôpital Mère et enfant, l’hôpital de l’amitié Tchad-Chine, le Bon samaritain, l’hôpital provincial de Farcha et le centre international de vaccination situé aux services des grandes endémies comme poste permanent. A Moundou et Abéché, c’est au sein des hôpitaux provinciaux respectifs.

“Toutes les dispositions sont prises pour une efficacité dans la chaîne de vaccination, par toutes les structures retenues. Dans la vaccination traditionnelle, il est fait appel à quatre agents qualifiés. Mais dans le cas de la Covid-19, il y a toute une étape à faire qui mobilise au moins six agents qualifiés. Il est prévu un maximum de 250 personnes à vacciner par jour. Nous aurons sept phases de vaccination pour le Tchad. Une personne malade de la Covid-19, ne peut pas recevoir le vaccin. Elle doit attendre 6 mois après sa guérison pour prendre le vaccin”, informe et rassure Ouyia Malato, qui rappelle, que la vaccination est obligatoire pour tous ceux qui envisagent voyager. C’est la condition sine qua non pour traverser les frontières aériennes.

Roy Moussa

Laisser un commentaire