Les employés nationaux d’Esso-Tchad ne lâchent pas prise

Les employés nationaux d’Esso Tchad ont rendu public un communiqué de presse le 15 juillet 2021, signé de leur porte-parole Dahasseal Dékoundou. Un communiqué qui fait suite au point de presse du 8 juillet du comité de négociation du personnel d’Esso-Tchad, à la bourse de travail.

Le comité informe l’opinion nationale et internationale, de l’intention de la Direction générale d’Esso-Tchad d’engager d’autres travailleurs expatriés et tchadiens, pour démarrer les turbines, afin de reprendre la production sans consultation, ni concertation préalables avec les représentants des employés. Par conséquent, un harcèlement accru s’exerce présentement sur un certain nombre d’employés nationaux occupant des postes de décision, les forçant à adopter la position de la direction au sujet de la crise qui prévaut.

A travers ce communiqué, le comité dénonce toutes ces manœuvres qu’il qualifie de moyenâgeuses, et attire l’attention de la direction générale d’Esso-Tchad et du gouvernement tchadien du risque et des graves conséquences que cette décision, propre aux maîtres, agissant en terre conquise, pourraient engendrer.

Le comité rappelle à l’opinion nationale, à la direction générale d’Esso-Tchad ainsi qu’au gouvernement tchadien, que les employés nationaux hautement qualifiés et assurant les opérations de production du pétrole de Doba depuis plusieurs années, sont seuls responsables du fonctionnement des installations, jusqu’au transfert total de celles-ci à un nouvel acquéreur. De ce fait, le comité tient la direction générale d’Esso-Tchad responsable de tout ce qui adviendra, suite à la tentative d’exécution de ce plan qu’il qualifie de machiavélique.

Le comité de négociation réitère sa disponibilité pour la reprise des négociations, et en appelle à la direction générale d’Esso-Tchad, à faire preuve de sincérité, de responsabilité et de bonne foi en privilégiant le dialogue.

 

Rappel de l’origine de la crise

“La situation qui prévaut actuellement au sein de la société Esso-Tchad fait suite à l’annonce de la vente des actifs d’Exxon Mobil au Tchad, par sa présidente directrice générale, Mme Carole Gall, le mercredi 2 juin 2021. Il faut noter que la direction générale avait opposé un refus catégorique de débattre du sujet, lors des discussions en février 2021, de la nouvelle convention collective d’entreprise, tout en rassurant les employés que la question de la vente n’était pas d’actualité. Contre toute attente, la vente est annoncée trois mois après cette affirmation”, renseigne le comité de négociation des employés d’Esso-Tchad. “La direction générale d’Esso Tchad, animée d’une mauvaise foi, poursuit-il, a jugé illégitime tous les points de revendications des employés, refusant de faire des propositions, pour permettre l’avancée des négociations. Cette situation de blocage sciemment orchestrée par l’employeur, a obligé les employés d’enclencher une grève depuis le 25 juin 2021. Le comité informe du refus de la direction générale de négocier, depuis le déclenchement de la grève, affirmant qu’Exxon Mobil ne négocie pas sous pression, foulant allègrement au pied, les dispositions du code de travail tchadien, qui stipule en son article 461 que pendant tout le déroulement de la grève, les parties ont l’obligation de poursuivre les négociations”.

Enfin, le comité fait constater le départ brusque et non avisé du Tchad, de la présidente directrice générale d’Esso, le 1er juillet 2021, sans désigner un représentant pour la poursuite des négociations…

Roy Moussa

Laisser un commentaire