Campagne nationale de vaccination contre la rougeole

La direction nationale de vaccination, à travers la coordination de la campagne de vaccination contre la rougeole a organisé un briefing avec les journalistes des différents organes, le 7 janvier 2020 dans la salle de réunion du ministère de la Santé publique et de la solidarité nationale. Ce, en vue de la campagne nationale de vaccination contre la rougeole prévue du 12 au 18 janvier 2020 sur toute l’étendue du territoire.

Trois présentations ont fait l’objet des échanges entre les responsables du service communication de la direction, la coordination de la campagne rougeole et les journalistes. La vaccination contre la rougeole, faut-il la rappeler, concerne les enfants de 9 mois à moins de 5 ans. La rougeole est une maladie qui peut rendre l’enfant sourd, muet ou malvoyant. La contamination se fait par la propulsion des gouttelettes de salive, quand le malade tousse ou éternue.  On peut attraper la rougeole par contact rapproché entre les personnes. Parmi les symptômes de la rougeole, on note la fièvre élevée, la conjonctivite, l’œdème des paupières, les yeux bouffis rouges larmoyants et l’écoulement nasal. Quelques gestes simples permettent de limiter la propagation du virus de la rougeole, notamment se laver les mains régulièrement et apprendre aux enfants à le faire correctement, laver le nez des enfants avec du sérum physiologique et couvrir la bouche des enfants (et adolescents) quand ils toussent ou éternuent.

Seule la vaccination peut éviter à l’enfant d’attraper la maladie. Et le vaccin contre la rougeole est sûr, efficace et gratuit. C’est pourquoi il est notamment conseillé aux parents de conduire les enfants sur les sites de vaccination les plus proches (marchés, gares routières, centres de santé, …). Et dès qu’ils constatent une fièvre ou une rougeur au point de l’injection, il faut conduire l’enfant dans un centre de santé pour une prise en charge gratuite, car la vaccination est gratuite avec ses services. Il est à relever que le plus souvent, la rougeole vient du monde rural vers la ville, à travers les enfants des nomades, des retournés et réfugiés. C’est pourquoi, il est conseillé aux parents de respecter les rendez-vous de vaccination de l’enfant et de bien conserver son carnet, et à la maman de suivre correctement les 5 rendez-vous de vaccination de l’enfant de moins d’un an. Car la rougeole fait partie des 10 maladies cibles du Programme élargi de vaccination de routine. Ces informations sont aussi valables pour les élus locaux, les leaders religieux et traditionnels, les autorités administratives, les artistes, associations féminines et autres membres de la société civile, qui sont appelés, non seulement à s’impliquer mais à intégrer le processus de vaccination, pour l’atteinte des résultats, qui est de vacciner tous les enfants de 0 à 59 mois sur toute l’étendue du territoire.

La rougeole sévit de façon endémo épidémiologique au Tchad. Tous les trois ou quatre ans, survient une épidémie, c’est pourquoi il faut vacciner les enfants en amont. Depuis 2018, une grande épidémie subsiste en continue. L’enquête de couverture vaccinale de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) de 2017  a relevé que la couverture vaccinale de la rougeole est très faible (37%). Cela s’explique par le fait qu’au Tchad, dans la plupart des communautés, les parents ne font pas vacciner complètement les enfants, parce qu’ils n’ont pas suffisamment d’informations. Les données indiquent que 41% manquent d’informations et 20% manquent de motivation. L’enquête relève également un mauvais accueil, une attente trop longue (3%) et un manque de confiance au personnel de santé (2%).

La propagation de la Covid-19 a ralenti les activités quotidiennes du programme élargi de vaccination. Le tableau indicatif des données statistiques (2006-2020) se présente comme suit pour les trois dernières années: 2018 = 5336 cas – 96 décès; 2019 = 26 623 cas – 259 décès – taux de létalité : 1  et 2020 = 8 499 cas – 39 décès – taux de létalité : 0,5.

Une situation qui, on l’espère, va s’améliorer avec l’intégration de tous dans le processus de la vaccination. Le lancement officiel de la campagne est prévu le lundi 11 janvier 2020 à Bongor, chef-lieu de la province du Mayo-Kebbi Est.

Roy Moussa

Laisser un commentaire