“L’alliance victoire’’ a vu le jour

Au cours d’une cérémonie qui a eu lieu ce 2 février 2021 à l’hôtel Mirande, 11 partis politiques de l’opposition ont signé un accord en vue de présenter un candidat à l’élection présidentielle du 11 avril prochain.

Ils devraient être une quinzaine à signer un manifeste pour sceller une alliance en vue de présenter un candidat unique à l’élection présidentielle du 11 avril 2021. Mais finalement, ce sont 11 chefs de partis qui ont honoré de leur présence à la cérémonie. La désignation du candidat, elle, aura lieu le mardi 9 février. Parmi les signataires, on retrouve d’anciennes formations politiques comme l’Union nationale pour le développement et le renouveau (Undr) de l’ancien chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo, le Parti pour les libertés et le développement (Pld) du disparu Ibni Oumar Mahamat Saleh. Néatobei Bidi Valentin, chef du Parti africain pour la justice sociale (Pap/Js) présent à la cérémonie s’est abstenu de signer le manifeste. “Il signera après”, a rassuré Francois Djékombé, président du parti Union sacré pour la république (Uspr). “D’autres chefs de partis politiques ont donné leur accord de principe. Ils signeront après”, a-t-il poursuivi. Selon les signataires de cet accord, “les expériences cumulées au courant des présidentielles passées de 1996 à 2016, ont montré une certaine incapacité de l’opposition à faire face au régime, en présentant un candidat unique. Cependant, après trente ans d’exercice du processus de démocratisation, tous les acteurs de l’opposition s’accordent à reconnaitre que cette politique de faire cavalier seul dans une sorte de multitude de partis d’opposition face au candidat naturel du régime depuis 1996 à montré ses limites. Tirant les leçons de toutes ces expériences passées, les partis politiques d’opposition, signataires du manifeste acceptent de présenter un seul candidat à la présidentielle du 11 avril 2021″. Par ailleurs, le manifeste précisé qu’“il ne s’agit ni d’une fusion, ni d’un regroupement de partis, ni d’une coalition de partis mais d’une alliance électorale dénommée alliance victoire. En adhérant à ce manifeste, chaque parti signataire renonce à présenter à titre individuel un candidat à l’élection présidentielle d’avril 2021”.

C’est une première dans l’histoire politique du Tchad où des partis politiques scellent une alliance pour une élection présidentielle.

               GB