Un autre général s’en va

Le général de division Ngartokété Tatola, député et président de la Commission défense à l’Assemblée nationale, s’est éteint le 17 février, à l’âge de 77 ans, des suites de maladie.

Depuis bientôt 5 mois, il souffle une bourrasque qui, contre toute attente, n’emporte que les hauts gradés de l’Armée nationale tchadienne, notamment des généraux. Au petit matin du mercredi 17 février, c’est au tour du général Ngartokété Tatola d’être emporté par ce vent violent et hideux. Face à ce triste sort, parents, amis, frères d’armes et collaborateurs, n’ont pu contenir leurs larmes. Tellement, la disparition du général les a plongés dans un désarroi.

Natif de Moïssala dans le Barh Sara, province du Mandoul, le général Ngartokété Totala, âgé de 77 ans, passe l’arme à gauche. Fils de Tatola N’gabou Doul, militaire de carrière, il a fait tour à tour ses formations, entre 1966 et 1976, à l’Ecole supérieure des officiers de la gendarmerie nationale de Melun, à l’Institut de criminologie de Paris, à l’Ecole supérieure de l’intendance militaire de Paris, en France. Il en est sorti nanti du diplôme d’Ecole supérieure des officiers, d’un diplôme supérieur de l’intendance militaire et d’un certificat du conservatoire national des Arts et métiers de Paris, option gestion des entreprises et comptabilité.

Rentré au pays, il fut nommé à plusieurs postes de responsabilité, notamment commandant de compagnie de Fort-Lamy, de 1969 à 1970, chef d’Etat-major particulier adjoint du ministère de la Défense nationale et des anciens combattants de 1970 à 1971, aide de camp du président de la République, de 1972 à 1975. Il fut aussi nommé directeur administratif et financier de l’Armée nationale tchadienne, ministre de la Fonction publique de 1982 à 1983, conseiller du président de la République en 2003, gouverneur de la province du Mandoul, de 2003 à 2004. Directeur général de l’intendance militaire de l’Armée nationale tchadienne, de 2005 à 2006. Elu député de la circonscription du Barh Sara en 2011, il a été fait, par ses pairs, président de la commission Défense de l’Assemblée nationale jusqu’à son décès.

A côté de ces responsabilités, le général de division a été un artisan de l’organisation et de la tenue des états généraux des armées tchadiennes en 2005. Vice-président de cette messe de la grande muette, il a pesé pour l’adoption de nombreuses recommandations. Par la suite, il a été désigné membre du comité de suivi de l’application du cahier de charges de ces états généraux.

Soldat discret dans l’âme et connu pour ses qualités militaires, feu général Ngartokété a reçu plusieurs distinctions civiles et militaires: entre autres, officier de l’ordre national tchadien, chevalier du mérite civique tchadien, chevalier de l’ordre national de la République fédérale du Nigeria, chevalier du mérite civique français.

Sur le plan matrimonial, le général Ngartokété Tatola est marié et père de 10 enfants.

C’est l’un des rares acteurs de la vie sociopolitique, qui a servi sous tous les régimes depuis l’accession du Tchad à l’indépendance, qui a ainsi tiré sa révérence.

La famille du regretté informe que la dépouille mortelle sera acheminé le mercredi 24 février  2021 à Moïssala pour l’inhumation le même jour.

Gaspard Boulaledé

Laisser un commentaire