Festival N’Djaména films 3ème édition

L’Association tchadienne pour le développement du cinéma a lancé officiellement, la 3ème édition du « Festival N’Djaména films » le 16 janvier 2023 au Musée national.

Il est placé sous le thème « Le vivre ensemble à travers le cinéma » et se tient du 16 au 22 janvier 2023. Un festival qui s’inscrit dans la volonté commune de promouvoir le cinéma tchadien et redorer son blason sur le plan international, mais également de former les jeunes cinéphiles tchadiens. “Le cinéma ou le septième art est non seulement un outil de propagande des cultures et des valeurs par excellence que peut posséder un pays, mais constitue également un facteur d’économie nationale à l’exemple de son apport dans les économies au Nigeria, Ghana et Burkina Faso”, a relevé Saleh Mahamat Adoum, le président du comité d’organisation.

Le ministre des Affaires culturelles, du patrimoine historique, du tourisme et de l’artisanat, Abakar Rozzi Teguil qui a lancé officiellement le festival, a relevé dans son discours que le cinéma est considéré comme une forme artistique important, ayant un impact social, culturel et économique. Et d’ajouter que les films sont essentiellement des œuvres produites en collaboration, qui fusionnent la créativité et les efforts d’une multitude de collaborateurs que sont les cinéastes, acteurs, directeurs, costumiers, décorateurs, compositeurs de musique, etc. La production et la distribution des œuvres cinématographique et audiovisuelle est selon le ministre, l’un des acteurs de ce secteur de croissance le plus dynamique au monde, et grâce à la technologie numérique, la production est en croissance en Afrique ces dernières années. Le cas de Nollywood au Nigeria, est pris en exemple par le ministre Abakar Rozzi Teguil pour une industrie qui réalise environ 2500 films par an, et a permis l’émergence d’une industrie locale de production et de distribution avec son propre modèle économique. En Afrique, poursuit-il, selon l’étude de l’industrie cinématographique faite par l’Unesco en 2021, ce secteur représenterait actuellement 5 milliards de dollars de revenus et emploierait environs 5 millions de personnes. “Au moment où notre pays a entamé la deuxième phase de la transition l’apport des cinéastes dans la sensibilisation de nos populations s’avère crucial et très important. Le vivre ensemble à travers le cinéma, thème choisi pour cette troisième édition témoigne de la volonté manifeste de tous les acteurs, a intensifier l’action en faveur de l’unité nationale, de la cohésion sociale et de la consolidation du vivre ensemble des filles et fils du Tchad, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays”, a-t-il rappelé tout en rassurant de l’accompagnement, sans faille, de son département.

Le festival va former 26 jeunes cinéphiles tchadiens en techniques cinématographiques. Une vingtaine de films tchadiens sera en compétition et les meilleurs seront primés par catégorie.

Il est prévu cette année le «Tapis rouge » pour mettre en exergue les stars du cinéma tchadien et autres célébrités, ainsi qu’un prix spécial Ilnet telecom, qui vient s’ajouter aux trois autres existants. Il sera décerné au film le mieux apprécié du public.

Modeh Boy Trésor

 

 

Laisser un commentaire