La dynamique de l’écriture féminine

Nodjikouambaye Florence, étudiante en médecine, élue Miss littérature Tchad le 30 décembre 2022, représentera son pays au concours Miss littérature Afrique au Bénin cette année 2023.

Florence a supplanté ses 10 concurrentes avec une note de 18/20, lors des trois étapes du concours, à savoir la présentation par un passage en tenue traditionnelle, la culture générale et l’analyse succincte d’un roman en 10 mn. Elle est originaire du Logone oriental, précisément de la localité de Bémolo et de l’ethnie Mongoh. Exceptée une candidate en classe de terminale A4, toutes les autres sont des étudiantes inscrites en anglais, communication, droit, finances et à l’école normale supérieure. Leur âge varie entre 19 et 24 ans. Elle a reçu comme récompense en plus de sa couronne, une enveloppe de 200000 francs et trois livres.

Me Clarisse Nomaye, l’initiatrice de l’évènement relève que l’organisation de l’évènement en 2022 n’a pas été facile, à cause des différents évènements qui ont émaillé le Tchad. « Nous avons tenu le  pari de donner une chance à une des nôtres pour participer aux côtés de ses sœurs africaines au concours Miss littérature Afrique. Nous espérons voir grandir petit à petit cet évènement qui nous tient tant à cœur », souhaite vivement Me Clarisse lors de l’aboutissement ce 30 décembre 2022 de la 2ème édition. Elle rappelle qu’en 2021, il n’y a avait pas autant d’engouement, mais la présence massive du public à cette 2ème édition donne de l’espoir.

La première édition a vu la participation de huit candidates. Me Clarisse projette continuer de travailler avec toutes les participantes des deux éditions, pour aller vers la création d’un club dédié à la plume féminine, cela en dehors des compétitions. L’objectif recherché est également de produire des recueils ou compilations des œuvres.

 

Les tchadiens ne lisent pas …

Sa démarche est bien justifiée dans ce sens, puisque cette 2ème édition du concours a montré les limites des candidates, en ce qui concerne la culture générale qui fait partie des épreuves. Me Clarisse le justifie : « Si vous avez bien remarqué, nous mettons également l’accent sur la beauté physique à travers la Miss, puisque peu de personnes s’intéressent à la littérature. J’avais réfléchi sur comment développer la littérature féminine, et à partir de quelle stratégie s’y appuyer dessus ? ». Des réflexions et prospections qui vont lui permettre de découvrir et réaliser qu’une dame en Afrique était également animée de la même intention au Bénin et avait une longueur d’avance. Elle s’y est rendue en 2019 pour vivre l’expérience que développe dame Carmen Toudonou, journaliste et écrivaine. L’expérience en vaut la chandelle et de retour au Tchad, Me Clarisse a lancé la 1ère édition en 2020.

 

Développer l’écriture féminine

Lors de l’élection Miss littérature Afrique en 2021, la Miss littérature Tchad de la première édition (2020) avait fini à la 3ème place. Un motif supplémentaire d’encouragement pour persévérer dans l’initiative reconnaît Me Clarisse. L’idée, selon elle, est de perpétrer la littérature féminine africaine à travers chaque pays du continent. « Si vous remarquez, peu de filles s’intéressent à la littérature et à l’écriture. Vous avez suivi la compétition et constaté que le niveau n’y était pas. Nous œuvrons pour intéresser les filles à littérature et aussi leur donner l’opportunité d’être couronnée quelque part et d’avoir une possibilité de briller ».

La première dauphine Rémadji Diane a fini avec une note de 17/20. Elle empoche une enveloppe de 150 000 francs en plus de trois livres. La 2ème dauphine, Nodjitidjim Prestige (16/20) gagne 100 000 francs et trois livres également.

Me Clarisse Nomaye est écrivaine et lauréate de la plume féminine tchadienne (2ème édition 2020). Elle a présidé l’Association des éditeurs et auteurs tchadiens (Aseat).

Roy Moussa

 

 

Laisser un commentaire