Le 6ème arrondissement debout contre le Cmt

Ce 27 avril, la population du 6ème arrondissement de la ville de N’Djaména a été calme tôt le matin. Mais un calme qui ne durera que quelques minutes. Des jeunes du quartier Moursal, sur l’avenue Kondol Béaloum, non loin du domicile de Haroun Kabadi l’ancien président de l’Assemblée nationale ont donné le ton des manifestations appelées par la Coordination des actions citoyennes Wakit Tamma. Pas de passage sur cette avenue. Les manifestants ont bloqué l’axe par des briques et brûlent des pneus. Mais c’est quand les forces de l’ordre envahissent les quartiers et y jettent des lacrymogènes, même dans les concessions que l’engagement de ces jeunes a été renforcé par d’autres qui, fâchés à cause des gaz reçus, sont sortis. Ils rejoignent les autres dans les rues. Pareil au quartier Paris-Congo où, la détermination des mécontents contre le Conseil militaire de transition (Cmt) dirigé par le fils du défunt président Idriss Déby Itno n’est pas démontrer. L’arrondissement est en fumée, le ciel est noir. La hargne de ces jeunes est patente. Un Seul objectif : dissolution du Cmt parce que, “on à la prise du pouvoir par les armes, non à la monarchisation du pouvoir”, répètent et brandissent les manifestants. Et, c’est le bal des manifs qui est ouvert ainsi. Car, “au fur et à mesure, nous allons développer des stratégies de lutte. Puisqu’ils nous répriment violemment au lieu d’encadrer nos manifs, nous allons désormais riposter pareillement. Nous allons nous armer avec des cailloux et des bâtons pour nous défendre”, déclare un jeune qui semble être le leader du groupe de manifestants. Il galvanise les autres et se met au-devant de la scène. “Je lance un appel vibrant à tous les jeunes du 6ème arrondissement d’être engagés en chassant la peur. Il faut se lever pour mourir ou mettre fin cette façon de gouverner. Il y va de notre avenir que ce système de Déby a sacrifié et même après sa mort, son fils veut continuer. Sortez les jeunes, n’ayez pas peur. Ça ne sert à rien de rester dedans et mourir à petit feu sans rien faire”, appelle-t-il, les jeunes de son arrondissement. Pour ces manifestants, à partir de ce 27 avril, ils vont manifester tous les jours jusqu’à ce que le Cmt entende raison. Autrement, ils sont prêts à mourir.

NDF

 

Laisser un commentaire